Search on Fanatic Climbing
Articles Europe de l'Est / Eastern Europe Falaise / Sportclimbing

Bosnie, une décennie de grimpe dans les Balkans – Bosnia, decade of climbing in the Balkans

Par Julien Mayet – English below

Description générale : Escalade en Bosnie Herzégovine ? Et oui ! Le premier topo regroupant l’intégralité des spots du pays vient de sortir ! C’est l’occasion de dévoiler ce qui se tramait dans ce petit pays d’Europe de l’Est depuis maintenant une dizaine d’années. On peut dire que les choses ont bien évolué, de 2005 et des premières actions au 4ème Drill and Chill Festival en septembre prochain. Drill and quoi ? Attendez, on va tout vous dire !

D’abord, la Bosnie – Herzégovine. On est en ex-Yougoslavie, à l’intérieur du croissant formé par la Croatie. Le pays est très rural, et se relève de la guerre qui y eu lieu il y a maintenant plus de 20 ans. Pas d’inquiétude, on peut s’y promener sans problèmes, à l’exception de quelques zones encore minées. Elles sont indiquées. Les sites d’escalade et la plupart du pays sont sécurisés, évitez simplement de vous enfoncer loin des routes sans demander au préalable.

Oker : l’énorme terrain de jeu. 120 m de colos, dalles, dévers…

Qui dit rural dit …préservé ! Effectivement, on y a souvent le sentiment de retrouver un temps privilégié, le charme un peu désuet mais incroyablement attachant d’une époque où l’on n’était pas pressé ni stressé par le rythme de nos vies urbaines. Profitez-en ! Et puis maintenant me direz-vous, passée la parenthèse touristique, quid de l’escalade ? Et bien autant vous le dire, en à peine 15 ans, c’est le jour et la nuit ! Au début du siècle, l’escalade en Krajina (cette grande région nord-ouest de la BiH) se résumait encore à quelque voies en terrain d’av’ ouvertes par les pionniers locaux au cours des années 1980, plus quelques longueurs à Kameni Most.
Mais en 2005 quelques jeunes se regroupent et se motivent au sein du club Extreme de Banja Luka, la capitale de l’entité serbe, dans le Nord du pays. Des chantiers de volontaires sont organisés et le site de Kameni Most (le “pont de pierre”) commence ainsi à voir ses premier spits. Les voies ne vont alors pas encore en haut du mur principal, mais l’endroit, à 30 minutes de la ville, est déjà parfait pour venir y passer un après-midi grillades.

Kameni Most : cadre bucolique et escalade plus exigeante qu’il n’y paraît.

Et puis en 2009, un de ces hasards des rencontres se produit entre un (plus si) jeune français, Igor et Dženan, deux des plus motivés et actifs. Décision et prise : Julien (c’est son prénom) sera volontaire auprès du club afin de participer au développement de ses activités. En gros : équipement, construction de structure et entraînement. Que demande le peuple ? Ainsi dans un premier temps c’est Kameni Most qui se couvre de lignes. De magnifiques voies en 6 de presque 40 mètres y sont ouvertes, de même que du plus dur, encore jusque là absent du pays : Panta rei (7a+), Sir i Čajna (un 8a+ court et très teigneux qui attend confirmation), et plus récemment Novi Svijet (un 8b+/c qui, lui, attend encore son premier enchaînement).

Et puis un beau jour de mai 2010, Igor et Julien vont se balader plus au sud, à 1h30 de route, du côté de Pecka, voir si d’autres cailloux n’attireraient pas leur oeil de grimpeurs. Et c’est LA découverte : un fronton de petit plateau offrant une multitude de faces plus ou moins déversantes, de 10 à 30 mètres, truffées des trous laissés par les galets…comme un petit air de Margalef, même si le site est bien plus restreint. Ceci dit, encore en cours d’équipement, on compte aujourd’hui aux alentours de 120 voies, du 4 au 9, avec toujours au pied de quoi s’installer confortablement en admirant la vue sur la vallée. Cerise sur le gâteau,
approvisionnement possible en produits frais bio non-certifiés (mais garantis !) au village situé juste au-dessus.

De vieux essais dans Bičuj me jako (Fouette-moi fort), au moins 8b+ à Pecka…Va falloir revenir !

C’est là qu’a lieu depuis 2011 au mois de mai le Pecka Rock Climbing Festival, organisé par tous les membres du club. Chaque année, 5 à 15 voies sont équipées et livrées aux prétendants durant un week end de mai. À recommander chaudement, tant pour l’escalade que pour l’ambiance qui règne durant tout le week end !

Un public conquis lors d’une projection nocturne du PRCF

Parallèlement, grâce à plusieurs autres volontaires, le club se développe et parvient à relever le défi de la salle d’escalade : on peut aussi faire du bloc intérieur et de la corde à Banja Luka dans un espace spécialement dédié. Quelques années passent qui voient se densifier les sites existants et se développer d’autres plus petits. Mais le canyon Tijesno tout proche, avec ses parois jusqu’à 120 mètres, reste à oser…

En 2015 arrive d’Autriche David, volontaire au club. Il a bien compris le potentiel de la chose et entreprend avec Igor de donner un (gros !) coup de pouce à l’équipement : avec le formidable appui des membres du club et d’AustriAlpine, ils mettent sur pied en 2015 le Drill and Chill Festival, rassemblement d’équipeurs, grimpeurs, highliners, accrobates et curieux de tous poils amateurs de verticalité et de belle ambiance. D’année en année l’événement se reproduit et grossit, attirant des participants de toute l’Europe et couvrant de belles longueurs les parois du canyon (autres infos sur leur page facebook)

Ainsi sont enfin équipés les longs dévers de l’Amfiteatar (plusieurs longueurs dont quelques-unes devant taper au delà du 8c …), mais aussi de magnifiques fissures et dalles sur près de 100 mètres de beau caillou gris compact. Il y en a pour tout le monde !

Le monstre mur de l’Amfiteatar et ses 80 m de léger dévers régulier … chaque côté penche cependant un peu moins et offre surtout plus de prises !

Et puis dernièrement ça continue avec Skobalj et d’autres … Allez aussi voir du côté de Blagaj, vers Mostar … Vous trouverez tout dans le topo, l’oeuvre de Balkan Colors, l’asso d’amoureux d’escalade et de nature qui agit pour un développement durable et éthique des sports outdoor : quoi faire, où aller, un guide très complet à avoir pour faciliter le voyage – et pas que l’escalade.

Sélection de voies : 
Kameni Most :
Sado Mazo, 6b
Malo sutra, 6b+ (attention, bloc au départ)
Novi Svijet, 8b+/c, (première à faire)
Sir i čajna, 8a+
Panta rei, 7a+
L’écharpée belle, 6c+ (agressive)
Hug me, 6b+
Sensei, 5a
Pecka :
Liječeni rupofiličar, 6b+
Meša Selimović, 7b
Plazmatron, 5a
Gurgur system, 7a+
The Beach, 6b
Ispred Nosa, 7b
Katapult, 7c+/8a
Kraljevi svijeta, 8a
Svinjiologija, 8a+
Bicuj me jako, 8c ?
Crna Ruka (projet 9a ?? 27 mouvements explosifs sans repos)
Canyon Tijesno :
East is the Beast, 8b+/c (à faire, exceptionnel malgré le bord de route)
Minutes to Midnight, 8a
Mi smo svijet, 7a+
Prljavi Hari, 6b+, 90m
Savršen dan, 6c, 160m
Pinocchio, 5c, 170m

Šarena laža, 6b de Pecka

Accès : d’à peu près n’importe où, visez Zagreb sur l’axe E70 d’où vous devrez suivre la direction Slavonski Brod. 100 à 120 kilomètres après Zagreb sortez à Okucani en direction de Banja Luka / BiH (Bosnie- Herzégovine). Vous quittez alors bientôt l’espace Schengen : avoir un passeport est indispensable. Pour traverser Banja Luka, suivez toujours la direction Sarajevo / Jajce. Sortis de Banja Luka, vous traversez au bout de 10 km le canyon Tijesno, lieu du rassemblement Drill and Chill Festival et où se trouvent déjà certains secteurs. Pour les accès, le plus simple sera de se procurer le topo.
Le site de Kameni most se situe quelques kilomètres plus loin, quand vous arriverez après Rekavice sur une portion de route entre deux parkings (au passage, restauration possible dans le bistrot sur votre droite). Garez-vous à gauche, traversez le pont et suivez le sentier évident vers le caillou au-dessus de vous.

Pour Pecka, il faudra continuer la route en direction Mrkonjic Grad. De là, prenez direction Kljuc puis Glamoc sur votre gauche, quand vous arriverez à une station service quelques kilomètres après être sortis de la ville. Suivez cette route jusqu’au village de Baraci dans lequel vous tournerez à droite direction Pecka. De là, le site est indiqué (suivre les indications “penjalište”) mais encore une fois, le topo sera votre meilleur ami : il regorge d’informations utiles voire indispensables, afin de respecter les accords avec les propriétaires de terrains.

Saison : Les intersaisons, donc automne et printemps, sont celles durant lesquelles vous aurez les meilleures conditions ; instabilité possible … L’hiver peut être tout bon (soleil en février) ou tout mauvais (1,5
mètres de neige en janvier). L’été sera en général très chaud, mais Kameni Most, Oker et d’autres secteurs du canyon sont à l’ombre l’après-midi.

Topo : le seul, l’unique le magnifique en vente sur le site de l’association Balkan Colors

Dormir : Visitor Center à Pecka … accueil garanti aux petits oignons (tout vient du jardin ou des environs, des cuisines et de l’imagination de Boro). Possibilité de demi pension, pension complète, nuit seule (en
dortoirs). De toutes façon un passage est chaudement recommandé, que ce ne soit que pour savoir où poser le camion, la tente, ou simplement profiter de l’ambiance. Un peu plus loin, Zelenkovac (à moins de 10 km de Pecka), dont on reparle juste après (voir “à côté”). Pour Kameni Most, si vous cherchez un camping, vous pouvez vous arrêter à l’Olymp, quelques kilomètres après la sortie de Banja Luka en direction de Kameni Most / Jajce, ou un peu plus loin au camping Vrbaskamp, cadre très sympa au bord de rivière, au pieds des secteurs Crna Stijena et des blocs de Zvečaj.

Manger : des restos (“roštiljnica”) partout ! Souvent on vous servira des ćevapi (“tchévapi”), le plat national fait de viande hachée grillée accompagnée de pain local et parfois d’oignons. De façon générale, pas mal de viande grillée (n’hésitez pas à tenter à l’occasion un kilo de mouton dans les rôtisseries de bord de route) mais aussi assez régulièrement du poisson. Les végétariens pourront demander du “posno bez ribe” (“ribé”). Les caisses de bières sont à un prix dérisoire…

Ambiance terrain d’av’ à Oker : quand on vous dit qu’il y en a pour tout le monde ! Photo : Luka Tambača

Eau : apprenez à repérer les sources en bord de route, notamment celle du col juste avant de descendre sur Baraci : tout le monde y fait le plein.

A côté : Les sources de la rivière Sana qui sort de ses grottes sont un magnifique lieu tout proche de Pecka auquel réserver au moins un après-midi. En direction Mrkonjic Grad depuis Baraci, vous tomberez sur Zelenkovac ,lieu mythique du coin, village d’originaux depuis l’installation d’un autre Boro dans cette forêt voici plus de 30 ans … ambiance dépaysante garantie les soirs d’affluence (et attention aux petits verres de rakilja … on vous aura prévenu !). Vous pourrez y passer la soirée, vous y restaurer et même y séjourner dans un des bungalows en bois construits dans la forêt.
La ville de Banja Luka en soirée possède un réel charme, et vous pourrez la terminer dans les sources chaudes qui bordent la (plutôt froide) rivière Vrbas. Si vous poussez vers Blagaj et l’Herzégovine, une petite balade nocturne dans le vieux Mostar plante aussi son ambiance.

A éviter : les poskoks … non pas qu’ils pullulent mais ces vipères se rencontrent tout de même régulièrement et il est bon d’avoir en tête leur présence possible. Pour ma part, se signaler en faisant taper un bâton m’en a toujours efficacement préservé. Et puis si vous voyez un panneau “MINES”, ne tentez pas le diable…

Texte : Julien Mayet pour l’association Balkan Colours. N’hésiter pas à visiter le site web et leur page facebook !
Photos sans mention : coll. Julien Mayet

Renseignement/contact : puur.ju@gmail.com

En septembre, les grimpeurs côtoient les highliners depuis 2015 – Drill and Chill Festival – Photo : Luka Tambača

ENGLISH VERSION

General description : Here it is ! The first climbing guidebook covering all Bosnia and Herzegovina is available! This might be the opportunity to reveal what was happening in this eastern european country during the past fifteen years. From 2005 to the 4th Drill and Chill Festival … Drill and what? Wait, we’ll tell you everything… Bosnia and Herzegovina, first. We’re in former Yugoslavia, between Croatia and Serbia. The country is still quite rural, and recovers from the war that happened 20 years ago. No worry, you can hang around without problems except some very specific places with mines. They are indicated. Climbing locations and most of the country are safe, but don’t loose yourself in the middle of nowhere without asking first.
The area is still well preserved, nature has some great settings to offer, and you can still find this easy-going style of life, apart from cities’ stress. Enjoy it! Well and now, after the touristic presentation, what about climbing?
Compared to fifteen years ago, it is night and day ! In 2005, climbing in Krajina (north west region of BiH) was still limited to some trad routes in the Tijesno canyon and some pitches in Kameni Most. At this period some young people decide to be more active in the climbing club Extreme Banja Luka, capital city of the serbian entity, in the north of the country. They organize workshops for volunteers and new routes appear in Kameni Most (“Stonebridge”). Back then routes still don’t reach the top of the wall but the location, 30mn drive from Banja Luka, is as well great for grills …

Sljuka in Mala Njuška, 6b+, Kameni Most

In 2009, chance provokes the meeting of Julien, a french climber, with Igor and Dženan, two members of the club. They take this decision : Julien will work one year for the club as a european volunteer. Program : bolting, developing and training. What else? This is how Kameni Most became the first “big” crag around Banja Luka. Wonderful 40 meters 6th grade routes are opened, as well as some harder stuff : Panta rei (7a+), Sir i Čajna (short 8a+ waiting for confirmation), and more recently Novi Svijet (8b+/c still waiting for its first ascent). One day in may 2010, Igor and Julien decide to go for a walk around Pecka, 1h30 south of
Banja Luka, to check some potential rocks … and make THE great discovery : a long range of 10 to 30 meters high walls, more or less overhanging, loaded with thousands of pockets … a kind of little Margalef.

Today, the crag has some 120 routes to offer, from 4 to 9, with easy access and a super nice setting. What’s more, you can get organic food from the village located just above. From May 2011, this is also where is held the Pecka Rock Climbing Festival, organised by the club’s members. Each year, 5 to 15 new routes are bolted and left to the participants (the number is increasing each year, widely exceeding 100 last year). The atmosphere counts at least as much as the climbing. Just give it a try and you’ll see!

Bambijeva mama, 6a, Pecka

Besides, thanks to other volunteers, the club developped and managed to build its own climbing gym : in Banja Luka, you can go bouldering or even use your harness indoor if the weather’s against you. Existing crags saw until 2015 more and more pitches emerging BUT … still nothing new in the near Tijesno canyon and its 120 meters walls… This year came David from Austria, the new volunteer. He clearly understood the potential of the place and helped Igor to litteraly boost the bolting dynamic in the canyon : they organized in 2015, with the support of Climbing Club Extreme and AustriAlpine, the first Drill and Chill Festival, gathering bolters, climbers, highliners, acrobats and any crazy friendly nature lover in a unique atmosphere of sharing, searching, trying at one’s best … or just hanging around. Year after year the event is going bigger, bringing participants from all across Europe (more info on Drill and Chill Festival).

Long overhanging walls of Amfiteatar and Oker get their first pitches (among which some should go beyond 8c …), but some magnificent 100 meters cracks and grey walls appear as well. Everybody will find a piece of rock to climb. And lately the adventure continues with the new crag of Skobalj … You should also go and see what’s been done in Blagaj, around Mostar … you will find everything in the guidebook developed and published by Balkan Colors, a climbers’ and nature lovers’ association which works for a sustainable development of outdoor activities in Bosnia and Herzegovina.

Bičuj me jako, 8c ? – Photo : Ulysse Lefebvre

 

Ticklist :
Kameni Most :
Sado Mazo, 6b
Malo sutra, 6b+ (bouldery at the beginning)
Žuba, 6b+
Novi Svijet, 8b+/c (FA to be done)
Sir i čajna, 8a+
Panta rei, 7a+
L’écharpée belle, 6c+ (agressive)
Hug me, 6b+
Sensei, 5a
Pecka :
Liječeni rupofiličar, 6b+
Meša Selimović, 7b
Plazmatron, 5a
Gurgur system, 7a+
The Beach, 6b
Ispred Nosa, 7b
Katapult, 7c+/8a
Kraljevi svijeta, 8a
Svinjiologija, 8a+
Bicuj me jako, 8c ?
Crna Ruka (project 9a ?? 27 explosive movements without a rest)
Canyon Tijesno :
East is the Beast, 8b+/c (FA to be done, exceptionnal in spite of the road)
Minutes to Midnight, 8a
Mi smo svijet, 7a+
Prljavi Hari, 6b+, 90m
Savršen dan, 6c, 160m
Pinocchio, 5c, 170m

sector Skobalj, 8b – Photo Luka Tambača

To get there: Wherever you come from, the best is to reach Zagreb, along the E70 itinerary. About 100 km after Zagreb, exit to Okucani / Banja Luka / BiH (Bosnia and Herzegovina). You will cross the border in the direction of Banja Luka less than 10 km after this exit. A passport is mandatory : you’re leaving Schengen. After this, you will have to cross Banja Luka in the direction of Jajce / Sarajevo. Follow this direction through Banja Luka. Canyon Tijesno is about 10 kilometers after you exit the city (you won’t miss it !). For the access to sectors, the best is to guet the guidebook.
Kameni Most is a few kilometers further, after the village of Rekavice. Park your car on the left where the road has a parking on each side. You’ll find there a restaurant. Cross the river then follow the obvious path to the rocks above.

To reach Pecka, you will have to continue to Mrkonjic Grad, then from there, follow Kljuc’s direction then after you exit the city, take on the left to Glamoc just before a gas station. Follow this road until Baraci where you will turn right to Pecka. From here, you should find indication (“penjaliste”) but once again, the guidebook will be your best friend.

Season: off-seasons are better as winter can be good as well as completely unclimbable, and summer quickly too hot, even if you can find shade in the Tijesno canyon and Kameni Most.

Guidebook: the one and only on Balkan Colors’s website

Where to sleep: Visitor center in Pecka … easily the best accommodation and food (organic and home made) you can find, 30mn walking from the crag (common room for sleeping). For Kameni Most, if you’re
looking for a campground, you can stop at Olymp a few kilometers on the left after the exit of Banja Luka. After that, you can also find the camping vrbaskamp by the river, just next to the crna stijena sector and
zvečaj boulders. Further information and more options on the guidebook.

7b+, Amfiteatar – Photo Luka Tambača

To get food: you will easily find “roštiljnica” almost everywhere, by the road, in most villages, where you can eat the famous local “ćevapi” and other grilled meats or fish. Vegeterians and vegans can ask for “posno bez ribe”. Groceries are here called “prodavnica” and are easy to find.

Water: while going to Pecka there are several springs by the road : don’t hesitate, the water is fully drinkable.

Nearby: in Pecka, have a walking afternoon to the springs of Sana river, coming out from 3 big caves. Between Mrkonjic Grad and Baraci, you will find Zelenkovac, local famous place, village of originals initiated
30 years ago by Boro, painter … hot atmosphere on some evenings (be careful with “rakija” !). Perfect place for a beer, a meal, a night (several wooden bungalows to rent), whatever …
Banja Luka can be really charming for evenings, which you can end in the hot water springs by the river Vrbas. If you go to Blagaj and Herzegovina, don’t miss a night walk in the old Mostar.

To avoid: poskoks … they are not that dangerous but those vipers can be found in most rocky places ; mind their possible presence. Personnaly, hitting the ground with a stick, i never saw any.

Text: Julien Mayet for the association Balkan Colours. Don’t hesitate to visit their website and their facebook page!
Photos without mention : coll. Julien Mayet

More info / contact : puur.ju@gmail.com

Next Dril and chill wall…

2 Comments

  • Reply
    Yoann

    Woow! Les tofs donnent trop envie. Surtout celle du mur d’Amfiteata

  • Reply
    Mélanie Cannac

    Wouha quel beau mur ce Amfiteatar !

Leave a Reply