Search on Fanatic Climbing
Opinion

Coup de gueule contre le déséquipement sauvage -FR-

Etienne Lapin, BE autoentrepreneur, grimpeur et équipeur a eu la mauvaise surprise de constater le déséquipement entier d’une petite falaise qu’il avait équipé par ses soins dans l’Ain. Le prétexte invoqué par les grimpeurs locaux auteurs du méfait : le fait qu’Etienne soit étranger au microcosme local et que le nom d’une de ses voies sur la dite falaise serait inapproprié. Mécontent de voir son travail nécessitant un certain investissement financier et temporel réduit à néant, Etienne tient a passer un coup de gueule contre ce sabotage, d’autant plus qu’on ne lui a pas rendu les points enlevés. C’est donc naturellement par respect pour le travail des équipeurs, véritable pierre angulaire de notre activité que nous décidons de publier le coup de gueule d’Etienne, intitulé : “Les Enfoirés : L’ex hot-spot parfait… de l’Ain !”

ENGLISH INTRODUCTION ONLY

Etienne Lapin, a French climbing guide & sole trader who enjoys climbing and bolting recently found one sector he equipped himself completely desequipped. For what reason? Bird protection, private land issues…no nothing like this…he simply isn’t from the country where he equipped and that the local climbers didn’t like the name of the sector and some route names… Very unhappy to see that all his work had been sabotaged and that none of his equipment was returned to him (he financed himself all the bolts!) he decided to come out publicly. We decided to publish his letter by respecting the critical work of equippers in our activity.
“C’est la première fois que je me retrouve à écrire un article de n’importe quelle nature que ce soit… J’aurai préféré m’en passer, mais là, je ne résiste pas à l’idée de vous narrer une histoire de haut vol.
Un beau jour de Novembre 2014, pendant une petite balade en forêt, voilà que mon œil rencontre une petite falaise. Rien de bien grand, ni de quoi faire déplacer les foules, mais de quoi ouvrir 7 ou 8 voies à côté de la maison dans un cadre plutôt chouette. Cette falaise se situe dans l’Ain, à Montanges. Pour ceux qui ne connaissent pas la région, cette dernière pourrait être décrite comme le paradis de l’arrêté de protection biotope (APPB), des sites Natura 2000, des Réserves Naturelles et autres Parcs Régionaux. Autant le dire, on ne fait pas ce qu’on veut !
Tout émoustillé de ma petite trouvaille, je fouine, je me renseigne, j’épluche les arrêtés, je passe des coups de fils, et là, par chance, aucune restriction particulière sur mon bout de cailloux ! Incroyable ! Pour tout vous dire, c’est le spot local parfait. Une minute de marche d’approche, rivière à proximité, super rocher, une voie dans chaque niveau, personne aux alentours, pied des voies confortable… le top, sauf si…
Avant de foncer, perfo en main, étant nouveau dans la région, je me dit que je vais contacter les locaux. Question de fair-play. Peut-être sont-ils en négociations depuis des années pour ce bout de caillou, pour une éventuelle convention ?
Je ne voudrait pas tout foutre en l’air, c’est déjà pas facile avec les fédés et les communes. Fleur au fusil, fier de mon approche, on ne peut plus diplomatique, je contacte donc le club CAF de Bellegarde-sur-Valserine qui s’occupe vaguement d’une falaise, qui se trouve à deux pas de là. Et là, stupeur ! Médiocrement, le représentant de ce club me répond que je suis jeune, que je ne suis pas de la région, que les grosses entreprises comme la mienne font peur aux élus locaux (rappelons que je travaille seul), qu’il n’y a pas d’extensions prévues des sites d’escalade et que de toute façon, la falaise que je vise est certainement concernée par l’APPB et que, par conséquent, je n’ai pas le droit d’équiper ! Aurais-je affaire à un personnage, jaloux de ne pas avoir trouvé la falaise avant moi, ou simplement en manque de reconnaissance ?
Bref, tout un argumentaire en bois de cagette qui me motive plus que jamais à faire les choses dans mon coin. Et c’est comme ça, que quelques jours plus tard, je me lance à équiper ma première ligne dans la région.
En allumant la radio, en rentrant du nouveau spot, paf, je tombe sur le nouveau tube des « Enfoirés ». Mais si! Celui qui à fait polémique l’an dernier parce qu’il traitait les jeunes de faignants. https://www.youtube.com/watch? v=gcILWXCIA7c . Vous vous rappelez maintenant ?
Hasard ou coïncidence, le secteur s’appellera « Les Enfoirés » et la première voie, ironiquement s’appellera « Les Enfoirés le sont-ils vraiment ?». Bien sur, je ne pensais pas que au Restos du Coeur, qui contrairement à d’autres, ont une idée de ce que c’est que de s’investir bénévolement pour la communauté…
Dans la foulée, une série de voies sont posées, équipées en goujons, proprement, avec relais chaînés, quelques paires en places… la totale quoi ! Et ça commence à se savoir, du monde vient y grimper, sans non-plus que ce soit l’orgie. Je vous rappelle qu’on est dans l’Ain, pas à Margalef.
Moins d’un an après, tout bascule… Ce cher représentant, après être tombé sur un bout de topo publié sur internet, me menace par mail (oui, il refuse de me rencontrer…) de déséquiper, car il se sent insulté par ce nom de site, quelque peu embarrassant pour son égo démesuré. Je l’imagine tout à fait, découvrant le topo se disant « se faire insulter par un jeune, qui n’est pas de la région et qui à équipé sans mon autorisation, fichtre, s’en est trop ! » Bon, le croyant stupide mais feignant, je me dit qu’il ne le fera pas.
Je n’avais pas tout à fait tord. Il motive quelques amis encore restés anonymes à l’heure ou j’écris ces lignes pour déséquiper à sa place. Belle preuve de courage ! Comment affirmer ça ? Il y a quelques jours de cela, je me suis décidé à aller le cueillir à la sortie de son travail pour discuter. Et là, au comble de la mauvaise foi, il m’affirme ne pas savoir qui à déséquipé. Mais deux phrases plus tard, fin limier que je suis, je sens qu’il pipote (certes pas plus que certain(e)s grimpeurs(ses) de « haut niveau » au sujet de leurs croix) lorsqu’il me dit, qu’il demandera au déséquipeurs, si ils veulent bien me rendre mon matériel. L’affaire avance, l’inspecteur Derrick n’a qu’ a bien se tenir !
Pour conclure, je ne sais toujours pas si je vais pouvoir récupérer mes points puisque « si c’est pour qu’on te les rende et que tu ailles les mettre à côté, c’est pas la peine ». Peut-on considérer ça comme du vol ? Je ne sais pas. Peut-on considérer ça comme de la connerie ? J’en suis certain. Toujours est-il que maintenant, j’ai la réponse à la question « Les Enfoirés le sont-ils vraiment ? ».
Avant de finir, je tiens quand même à féliciter ce vil personnage d’avoir ouvert une bien belle guerre de clocher et pour sa participation au contre-développement de notre si chouette activité, dans une région qui manque cruellement de spots de grimpe. Qu’il se rassure d’autres projets sont en cours, et cette fois la publicité sera plus discrète !
A bientôt, chaussons aux pieds, ou perfo à la main, dans l’Ain ou dans des contrées encore plus reculées.”

Etienne Lapin

No Comments Found

Leave a Reply