Search on Fanatic Climbing
Falaise / Sportclimbing Grèce / Greece

Nouvelles voies à Kyparissi – New routes in Kyparissi

Yann Ghesquiers détaille pour nous les derniers développements qu’il a mené à Kyparissi, le spot majeur du Péloponèse proche de Leonidio. Une petite dizaine de voies ont été ouvertes en compagnie de Phil Girard dans la grotte rouge un secteur proche du célèbre Babala. Ce dernier en profite pour revenir sur l’équipement des falaises en bord de mer et le type d’équipement à privilégier. 

Photo : Isabelle Bihr

“Il est des endroits d’escalade qui exercent un magnétisme certain sur le grimpeur, qui nous font dresser le poil sitôt que l’on y pénètre.
Ce sentiment tient à la fois de la magie des lieux, de la qualité du rocher mais aussi des pages qui s’y sont écrites au fil des générations. Le Verdon, le Yosemite ou encore les gorges du Tarn sont des spots qui ne laissent indifférents personne. Or quand l’occasion se présente de participer à l’aventure en apportant sa petite pierre à l’édifice il est difficile de résister !
Kyparissi, dans le sud du Péloponèse mérite selon moi cette espèce d’AOC, voir de grand cru, et je pense que d’içi peu de temps ce site fera parti des standards de classe mondiale, La mer en toile de fond en bonus, et la gentillesse de sa population pour parfaire le tableau.

Photo : Isabelle Bihr

Bref vous l’aurez compris cet endroit me rends gaga et aussitôt rentré je n’ai de cesse de vouloir y retourner!
Depuis ma première visite en 2015 j’y suis déjà revenu trois fois pour y grimper et équiper.
Le danger pour mon couple c’est que les durées de séjour ne cessent d’augmenter, cette fois-ci accompagné de Philippe Girard un autre aficionado des lieux. Nous sommes restés un mois sur place dans l’idée de développer un nouveau secteur.
En effet, découvertes dès 2005 les falaises restent éclipsées par la grande soeur Leonidio, les secteurs de Babala et Watermill ne voyant éclore leurs premières voies qu’en 2010 sous la houlette de deux français : Alexandre Berry et Bastien de Lattre.
Une vague d’équipement en 2015 menée par des équipeurs grecs et subventionnée par le canton venant par la suite étoffer largement les quelques voies existantes.
Depuis, les initiatives personnelles, le passage du groupe excellence FFCAM et la fougue des équipeurs de Leonidio emmenée par Mike Schreiber ont fait gonfler le nombre de voies du secteur de Babala en peu  de temps et le nouveau topo à peine sorti est déjà caduc.

Photo : Isabelle Bihr

Le potentiel reste pourtant énorme et la qualité premium de chaque nouvelle voie ne se dément jamais.Le seul bémol empêchant pour l’instant l’explosion de la  fréquentation est le manque de voies faciles, et si le 8 n’est pas votre chiffre préféré vous serez malheureux là-bas ou cantonné au rôle de grigri d’or.
Durant ce mois nous avons jeté notre dévolu sur un secteur complètement vierge ou le plus dur fut de choisir les coups de cœur parmi tant de king lines!
Au final ce sera 9 nouvelles voies de 7b à 8b+ toutes équipées en goujons 12mm haute résistance à la corrosion en inox 904.
La pose de tels points dans les profils très déversants ou nous avons équipé a été grandement facilitée grâce à l’emploi des amarrages amovibles Pulse qui nous ont permis de bien nous plaquer pour optimiser l’emplacement des points.
Je vais essayer d’ expliquer brièvement et de manière synthétique car c’est un sujet extrêmement complexe les phénomènes de corrosion inhérents au milieu marin et les différents types d’inox que l’on retrouve dans les falaises côtières très en vogue chez les grimpeurs.
Tout d’abord le phénomène de corrosion que l’on retrouve sur nos ancrages en bord de mer est comme évoqué précédemment hautement complexe, et dépend de plusieurs facteurs notamment de la salinité, du milieu, de la chaleur, du climat mais aussi des différents types de roches et de leur composition.

Photo:  Isabelle Bihr

Il existe 9 sortes de corrosion différentes mais les plus dangereuses pour le grimpeur sont la corrosion sous contrainte ( Stress Corrosion Cracking) et la corrosion galvanique ( inox au contact d’un acier classique= électrolyse). Plusieurs incidents(arrachages des ancrages à la main) ou accidents rapportés avec rupture des points sous le poids d’un grimpeur.
On peut s’interroger à ce titre sur la dangerosité de laisser des dégaines en place ou alors il faut impérativement connecter la dégaine avec un maillon inox .
La corrosion sous contrainte(Stress Corrosion Cracking) semble également être à l’origine de nombreux arrachages de points , elle résulte de l’action conjuguée d’une contrainte mécanique de tension et d’un milieu corrosif généralement aqueux.Elle entraîne une fissuration pouvant réduire à presque zéro la résistance des ancrages.
Ces micro fissures ne sont pas détectables à l’oeil nu et ce phénomène peut apparaître au bout de quelques mois seulement après la pose des points. Ce phénomène peut se produire à des kilomètres des côtes grâce à l’action du vent.

Les facteurs les plus critiques pour l’apparition du SCC:

-Une humidité modérée( très sec=ok ; très humide aussi)
-Les voies non nettoyées par la pluie.
-Les températures élevées semblent majorer l’apparition du phénomène.
-Le type de roche également: le calcaire et la dolomie engendrent plus de SCC que le granit ou le grès, le karst étant le pire.
règle absolue: NE JAMAIS DESCENDRE SUR UN SEUL POINT.

Il faut savoir et être conscient que l’équipement en bord de mer n’est pas à prendre à la légère et nécessite une attention toute particulière dans le choix du matériel utilisé tant pour la sécurité
des grimpeurs que pour la pérennité des ancrages. A ce titre, il me semble qu il serait préférable de poser d’emblée des ancrages de très bonne qualité (inox 904, titane) donc très chers. Comme évoqué ci-dessus, tous les inox n’ont pas les mêmes propriétés dans le temps et il en va de la sécurité des grimpeurs d’utiliser les meilleurs matériaux existants.
Grimper en bord de mer est hautement apprécié actuellement par les grimpeurs mais il faut être conscient que le coût de l’équipement est largement supérieur à celui de falaises normales.
Aussi j’encourage vivement les grimpeurs à participer à l’effort de guerre en achetant les topos locaux ou en donnant une obole dans les boites prévues à cet effet qui se trouvent souvent dans les bars  de grimpeurs:un point coûte environ le prix de deux bières !!
Nous tenons à remercier chaudement le personnel de l’hôtel/resto Cavo Kortia qui nous a accueilli comme des nababs et tout particulièrement Nektaria, Christos et  Panagiotis.
Etre reçus et soutenus en tant qu’équipeurs avec autant de sympathie n’est pas quelque chose dont nous sommes coutumiers en France…
Futurs grimpeurs qui allaient profiter de ce petit paradis,soyez responsables et respectueux des gens et des lieux , nous sommes actuellement les bienvenus on aimerait que ça dure.

Merci à Isabelle Bihr photographe émérite pour les clichés( Isabelle Bihr Photography, IsabelleBihr.com) à tout les grimpeurs qui nous ont soutenu d’une manière ou d’une autre: Hugo, Elisa, Aaron, Mike et Lisa dingos du perfo, les potes du Briançonnais et tous ceux que j’oublie. Un grand merci à Petzl pour la confiance accordée depuis de nombreuses années et plus particulièrement pour la dotation en point inox HCR qui nous ont servi pour équiper ce nouveau secteur.”

Accès grotte rouge: prendre le chemin de Babala pendant 30 à 40 mn puis arrivé dans les derniers lacets en pierre tirer à gauche à flanc pendant un bon quart d’heure (cairn et sentier fraichement taillé) attention aux chutes de pierres en traversant au pied de couloirs dégueuloirs ( chèvres sauvages) ainsi qu’à l’aplomb du sommet des falaises. A déconseiller avec des enfants malgré le fait que le pied des voies soit safe…

Yann Ghesquiers

Last fall two French climbers from Briançon, Yan Ghesquiers and Phil Girard, bolted several new lines in Kyparissi close to Babala sector called “Grotte rouge” or red cave. The potential here is huge and it’s more quiet compared to the neighbouring crag of Leonidio. The first routes were opened in 2010 and there is a lot to bolt. The only problem is the difficulty of the routes, more in the 8th range….Yann and Phil bolted 10 lines 7b to 8b+ over the course of a month and now share their routes in this article. King line paradise! 

To get there: Take Babala path for 30-40 minutes, in the last loops, go to the left through a path for a quarter of an hour. Beware of rock falls due to goats.

No Comments Found

Leave a Reply