Search on Fanatic Climbing
Deep water Espagne / Spain

Phil Ribière libère Soledad sur l’arche d’Es Pontas – Phil Ribière frees Soledad in Es Pontas arch

Vous l’avez peut-être suivi dans les mass média français ces derniers jours, Phil Ribière a été à l’honneur cette fin d’été suite à une réalisation en psychobloc. Le pionnier du handi-escalade a arrêté les compétitions mais demeure toujours actif, que ce soit en bloc où il multiplie les ouvertures chez lui à Chamiers en Ardèche, comme en deep-water, un de ses dadas préférés qu’il pratique régulièrement. C’est dans le temple de la discipline, à Majorque que Philippe s’est illustré, en devenant le premier grimpeur handi à réaliser une voie d’escalade sur l’imposante arche d’Es Pontas avec “Soledad”. Nous avons décidé d’en savoir plus, les médias généralistes ne s’attardant pas vraiment sur le côté technique de la réalisation.

“J’ai découvert la voie en 2007 lors de mon premier trip à Majorque, où j’ai accompagné Laurent Triay pour le tournage du film “Fanatic Search”. J’avais repéré cette ligne brièvement et n’avait pas osé essayer, intimidé, et ne voulant pas déranger les mutants qui s’exprimaient quelques mètres plus loin sous les lentilles des caméras. Cette voie est située face à la mer, de l’autre côté de la face côté berge. “Soledad” emprunte des portions d’un 7a et d’un 7b existant. La première partie est bloc avec des gouttes d’eau à serrer, dont un bidoigt une phallange les pieds à plat. Puis après 5-6 mètres d’escalade plus faciles et une décontraction vient le crux, une grosse remontée de pied dans du crépis à 11 mètres de haut. C’est un peu psycho car ce rocher très  fragile peut casser à tout moment, d’autant que le fond n’est pas super profond (6 mètres max). Le final est facile en 4+ pour savourer et culminer à environ 17 mètres de haut. Je pense que c’est environ 6a+, mais ce qui m’importe et ce pourquoi je l’ai fait c’est plus la pureté de la ligne que la cotation. Je n’ai essayé la voie que “ground-up”, sans repérage en moulinette, 2 essais le premier jour car ça tapait, méga coup de soleil à la clé bien que je sois déjà bien bronzé (rires) !  Je l’ai fait direct au premier run le lendemain. J’aimerai montrer par cette performance que tout le monde peut venir se faire plaisir à Majorque, il n’y a pas que des trucs extrêmes.”

Un reportage de 52 minutes sera diffusé dans l’émission “Riding Zone” demain dimanche à 9h30 sur France Ô. Et vous pouvez aussi retrouver Phil au handi-grimpe l’événement qu’il a créé, qui se déroulera à Montigny Le Bretonneux (78) le 7 octobre prochain.

You may be followed this story on French press these last days, Phil Ribière was in the spotlight after a nice ascent in deep water solo. Paraclimbing pioneer stopped earlier international competitions but is staying again active, opening new boulders in his home, Chamiers, Ardèche, France or practising regularly deep water solo, one of his favourite hobby. It’s in Mallorca, the temple of the discipline that Phil was striking recently, becoming the first paraclimber to free a deep water solo route on Es Pontas arch with “Soledad”. We decided to get more info from him, the French mass media didn’t describe the details of the ascent. 

“I discovered the line in 2007 in my first trip in Mallorca, where I was joining Laurent Triay for the shooting of “Fanatic Search” film. I checked the line shortly but, intimidated, I didn’t try it. I didn’t want to disturb top climbers who were attempting “Es Pontas” under camera lenses. This route is located in front of the sea, in the other side of the bank when you see the arch from the coast. “Soledad” is melting with some part of other 7a and 7b routes. The first part is quite bouldery with bad feet and two finger pockets to hold, then it’s followed by 5-6 meters of easier climbing before a rest. Here you have the crux, 11 meters high, which requires to put very high your feet on a very sculpted and fragile limestone which could break. The fall is a little bit scary here because the water is not very deep at this point (around 6 meters). And as end you have a very easy finish for going at the top of the arch, which is 17 meters high. The grade of the climb is around 6a+, but whatever the difficulty, I climbed it for the beauty of the line. I only tried the line “ground up”, without any top rope spotting. The first day I attempted just 2 times the line because of the heat. I did it in my next go the day after, I would like to show with this ascent that deep water soloing is possible for all the climbers. It’s not only extreme routes, there is a lot to easy and fun climbs for all.”

A 52 minutes documentary dedicated to this story will be scheduled on the French tv program “Riding zone” tomorrow. And you can meet Phil in his paraclimbing event, “Handi-grimpe” which is planned for the 7th of October in Montigny Le Bretonneux, France (Paris region).

Photo : Sam Bié – Puzzle Media

https://youtu.be/59JvQvYupJ8

No Comments Found

Leave a Reply