Search on Fanatic Climbing
Deux français Rocklands - Girard
Afrique / Africa Bloc / Bouldering Performances Video

Deux français en feu à Rocklands – Two frenchies crushing Rocklands (+video)

  • 25/08/2022

Deux bloqueurs français se sont distingués dernièrement à Rocklands (Afrique du Sud) avec la répétition de deux blocs très durs désormais classiques.

*** Clem Lechaptois empoche le classique “Monkey Wedding” (8C)
2e réalisation française après Charles. Ce bloc ouvert en 2022 par la légende Suisse Fred Nicole avait déjà été essayé par Clément lors d’un précédent séjour, il a pu conclure l’affaire.

“J’avais déjà essayé au voyage précédent et j’avais été hyper proche mais un mauvais concours de circonstances m’avait un peu freiné (je m’étais décapsulé un doigt 1 semaine avant la fin du trip. Du coup tout était calé, et j’ai réussi l’enchainement le 2nd jour sur place cette année. Le bloc est un classique dur du coin, c’est une séquence assez homogène d’une 12aine de mouvements hyper funs à grimper. Je me suis régalé à taper des runs dans ce passage, merci Fred Nicole pour cette base !”

*** Antoine Girard répète “The Finnish Line” (8C/+), vidéo en bas de l’article !
Le bloqueur français Antoine Girard est actuellement à Rocklands (Afrique du Sud) où il vient de réaliser son grand projet, la majestueuse proue de “The Finnish Line”, un highball ouvert en 2017 par le finlandais Nalle Hukkataival (1ère réalisation française).

“C’est en 2019, lors de mon premier trip à Rocklands que j’ai vu “Finish Line” pour la première fois. J’ai trouvé la ligne incroyable, c’était sans aucun doute le plus beau bloc que j’avais jamais vu. En quittant l’Afrique du Sud je me suis fais la promesse de revenir essayer ce bloc le jour où j’en aurais le niveau. Avec le COVID, il s’est écoulé 3 ans sans que je puisse venir mettre les doigts dedans et j’ai du attendre aout 2022. Je suis arrivé à Rocklands avec pour seul objectif de grimper Finish Line, j’ai donc tout mis en place pour réaliser ce rêve. J’ai organisé toutes mes séances de grimpe autour de ce projet en essayant de ne pas trop m’investir dans d’autres blocs durs afin de garder de la peau et de la force. J’ai alors passé 9 séances dans le bloc réparties sur un peu plus de 3 semaines. C’est un bloc qui demande une logistique vraiment importante. La chute est quasiment interdite sur les deux derniers mètres du bloc, j’ai donc débuté toutes mes séances en répétant encore et encore la fin du bloc qui doit valoir environ 7B. Je mettais ensuite des essais dans le crux (toujours avec la corde) et je terminais ma séance par mettre 4 ou 5 essais du bas. La complexité du bloc réside dans le fait que les prises sont extrêmement abrasives cela limite donc considérablement le nombre d’essais à chaque séances et par la même occasion il est aussi très difficile d’essayer le bloc tous les jours. Toutes ces contraintes réunies me permettait d’essayer le crux environ 10 fois par séances et de mettre 3 séances par semaines. C’est clairement le bloc qui m’a demandé le plus d’investissement tant physiquement que mentalement. L’appréhension de la chute a été très difficile à mettre de côté lors de mes premier bon essais à tomber après le crux, les sensations sont clairement différentes sans la corde. Lors de la séance d’enchaînement, je ne me sentais pas très bien à la corde mais finalement les sensations sont revenu assez vite dès que je suis parti du bas. J’ai réussi à passer le crux au deuxième essai de la journée en attrapant parfaitement la pince d’arrivée main gauche. C’était l’essai parfait pour toper le bloc et ne pas tomber une sixième fois après le crux. La fin du bloc s’est plutôt bien passé par la suite, mes 40 ascensions encordés des 8 derniers mouvs m’ont permis d’avancer avec confiance malgré le bon shot d’adrénaline qui me faisait trembler sur toutes les prises. Le soir je suis ensuite allé essayer Quintessential, un 8B que j’ai réalisé au 4 ème essai, rien de mieux pour terminer cette journée déjà incroyable!”

Clem Lechaptois – Monkey Wedding 8C (photo Marine Thévenet)

Two amazing bouldering sends for two Frenchies in Rocklands!

*** Clem Lechaptois repeats Fred Nicole’s classic “Monkey Wedding” (8C, FA 2002)
“I already had tried on my previous trip and been super close but a bad combination of circumstances had slowed me down a bit (i cut my finger 1 week before the end of the trip). This time everything was set, and I succeded on my 2nd day on the place this year. This boulder is an hard classic in the area, it’s a quite homogeneous sequence of around 12 movements super fun to climb. I enjoyed putting goes in this problem, thank you Fred Nicole for this basic!”

*** “The Finnish line” by Antoine Girard, 1st French repeat of this Nalle Hukkataival (8C/+, FA 2017) testpiece! Video and comment below.

It was in 2019, during my first trip to Rocklands I saw Finnish Line for the first time. I found this line amazing, it was, without doubt, the most beautiful boulder I had ever seen. When I left South Africa, I promised myself to come back and try this bouldering when I will be strong enough. With COVID, 3 years passed without me being able to put my fingers in this boulder. I had to wait until August 2022. I arrived in Rocklands with this unique objective of climbing the Finnish Line, so I put everything in place to realize this dream. I organized all my climbing sessions around this project, trying to not invest myself too much in other hard boulders in order to keep skin and strength. I spent 9 sessions in the block divide in 3 weeks. It is a boulder that requires really important logistics. Falling is almost forbidden on the last two meters of the boulder, so I started all my sessions by repeating, again and again, the end of the boulder which must be worth 7B. Then I put tries in the crux (still with rope) and I ended my session by putting 4 or 5 tries from the bottom. The complexity of bouldering lies in the fact that the holds are extremely sharp, which considerably limits the number of attempts at each session and at the same time it is also very difficult to try this boulder every single day. All these constraints together allowed me to try the crux about 10 times per session and to put 3 sessions per week.

This is clearly the boulder that required me the most physical and mental investment. The apprehension of the fall was very difficult to put aside during my first good attempts falling after the crux, the sensations are clearly different without the rope. During the sending session, I did not feel very good on the rope but finally, the sensations came back quite quickly as soon as I started from the ground. I managed to pass the crux on the second try of the day by catching the left hand perfectly. It was the perfect try to top the boulder and not falling for the sixth time after the crux. The end of the boulder went pretty well. My 40 roped climbs of the last 8 movements allowed me to move forward with confidence despite the big shot of adrenaline that made me shake on each move. In the evening I went to Quintessential, an 8B realized in 4 tries, nothing better to end this incredible day!”

No Comments Found

Leave a Reply