Search on Fanatic Climbing
Europe de l'Est / Eastern Europe Falaise / Sportclimbing Interviews Sud Est-Alpes / South East-Alps

Interview: Adam Ondra revient sur Supercrackinette – Interview: Adam Ondra’s feedbacks about Supercrackinette

(English below)

Samedi dernier, Adam Ondra a réalisé une première dans l’histoire de la grimpe en enchaînant flash Supercrackinette 9a+  à Saint-Léger du Ventoux.

– Fanatic Climbing : D’abord bravo pour cette nouvelle coche incroyable. Quel est ton état d’esprit aujourd’hui ?
– Adam: Je suis content et soulagé. Et déjà impatient de regrimper demain sur du caillou français parfait.

– Fanatic Climbing : Quelle est ta préparation typique avant de tenter une voie flash ou à vue ?
– Adam: Le à vue et le flash sont très différents bien sûr. Pour le à vue, j’essaie d’être en bonne forme, de faire une observation et d’y aller. C’est un truc à moi, faisant juste appel à mon expérience et mon intuition. Et bien-sûr de la chance. Pour le flash, tu comptes sur les méthodes de quelqu’un d’autre. Et j’essaie de me visualiser sur comment je devrai faire ces mouvements. Grâce à toute l’information disponible, je peux visualiser plus vivement. Je peux mieux visualiser la vitesse et le rythme de l’escalade car quelqu’un me dit à quoi ressemble chaque prise. Cela m’aide à visualiser si certaines sections doivent être escaladées rapidement ou lentement. Mais seulement jusqu’à un certain degré – et en comptant toujours sur la personne qui donne la méthode.

– Fanatic Climbing : Comment fais-tu pour prendre en compte les aspects mentaux ?
– Adam: C’était très difficile mentalement. Je suis arrivé à St-Léger il y a 2 semaines, et Supercrackinette était la seule voie sèche de la falaise. C’était tentant de l’essayer tout de suite, mais c’était évident que ce ne serait pas une bonne idée. C’était mieux de se familiariser avec le style local. Ensuite, Bernardo est venu filmer cette réalisation, nous avons arrangé la rencontre avec Quentin Chastagnier, qui a en fait équipé la voie et qui la connait super bien. Il n’y avait pas de retour en arrière possible. Je devais essayer. Je me suis senti très bien sur mon échauffement. C’est ce qui m’a donné un peu de confiance et je me suis dit que ce n’était pas un essai inutile, et en même temps mes attentes sur cet essai était assez faible. La situation parfaite.

J’ai commencé à grimper et tout s’est juste enchaîné parfaitement.

– Fanatic Climbing : Comment as-tu vécu la voie ? Était-ce ce que tu espérais après que Quentin t’ait montré les mouvements?
– Adam:  Mes méthodes comptent environ 28 mouvements, plus quelques mouvements faciles jusqu’au relais. Les 20 premiers mouvements sont indépendants, tu rejoins Crackinette, 8c, qui part du côté droit. Jusqu’au 20ème mouvement, je me sentais bien mieux que prévu. Je savais que la voie est relativement facile jusqu’au troisième point, puis ça devient dur. Mais quand je suis arrivé dans cette section, ça me semblait encore plutôt facile. C’était surréaliste, c’était même comme ressentir le pouvoir cosmique. Je me sentais inarrêtable, détendu et j’ai totalement randonné les 20 premiers mouvements (vraiment un 8c + dur voire même plus).

Mais après, il y avait deux trous crochetants qui se sont avérés un peu trop étroits pour mes gros doigts. Ça m’a pris un peu plus de temps que prévu pour y mettre mes doigts, et là, le super mental a disparu. J’ai continué, et le véritable crux de liaison de la voie, le mouvement 28, approchait. Heureusement, j’ai réussi à tout oublier et à exécuter le mouvement.

– Fanatic Climbing : Pourquoi as-tu choisi cette voie pour une tentative flash et pas une autre?
– Adam:  9a + flash était l’objectif que j’avais en tête depuis un petit bout de temps. Je crois que j’avais 15 ans et j’étais Céüse, en train de regarder Biographie et cette idée m’est venue à l’esprit “Attends, je ne devrais pas essayer maintenant, je devrais plutôt garder cette voie pour la tenter flash, non ?!” Ça a été le premier moment où j’ai pensé que quelque chose comme ça était possible. Mais ensuite j’ai essayé quelques années plus tard, j’ai échoué, j’ai échoué dans “Seleccio Anal” (Sainta-Linya) et il n’y avait plus de voie à essayer. Je les ai avais déjà toutes essayées ou enchaînées. J’ai dû attendre quelques années pour que de nouvelles voies apparaissent. Cette ligne est arrivée dans mon esprit en 2015 alors que c’était encore un projet. J’ai entendu les locaux dire que c’était probablement 9a, mais un peu plus tard, Alex Megos a réalisé la première ascension et l’a cotée 9a +. C’était une excellente nouvelle, et surtout, c’était certifié 9a + par Alex ! J’ai eu sérieusement cette voie dans mon esprit à partir de ce moment.

Photo : coll. Seb Richard

– Fanatic Climbing : Décris “Supercrackinette”. Pour toi, à quoi ça ressemble ?
– Adam: C’est juste un morceau de caillou incroyable, un mur super lisse, surplombant de 30 degrés, devenant plus vertical vers le haut. C’est le type de voie parfaite pour moi. Pas trop court, pas trop long … c’est en fait assez incroyable qu’il y ait juste assez de prises pour pouvoir la grimper.

– Fanatic Climbing : Pendant ton essai, as-tu pensé à un succès potentiel en haut de la voie ou tu t’es simplement concentré sur la grimpe ?
– Adam: Juste après avoir rejoint “Crackinette” (le 8c qui vient de la droite), j’ai eu quelques problèmes pour mettre mes gros doigts dans les deux trous crochetants. Cela m’a fait sortir de ma bulle. J’ai pensé à un possible succès. Heureusement, j’ai changé d’état d’esprit pour le dernier mouvement dur et le chemin vers le sommet de la voie était libéré de pression.

– Fanatic Climbing : Pour toi, quels détails ont fait la différence et ont été la clé du succès hier?
– Adam: Je n’avais pas beaucoup de marge sur cette voie, donc je devais grimper comme si j’étais en train l’enchaîner après travail. Je voulais que Quentin me parle de chaque prise, si elle était tranchante ou non, si je pouvais délayer un bras une seconde ou pas et des trucs comme ça. Ensuite, j’ai juste fait en suivant ce manuel. Ne pas regarder à droite ou à gauche, comme si j’avais fait cette voie plusieurs fois. La seule différence est que comme je n’avais jamais touché à ces prises, je devais en quelque sorte me familiariser avec chacune des prises, alors que quand tu fais du après-travail, tu es censé directement prendre toutes les prises parfaitement. C’est comme la petite de  différence de 0.2 seconde qui fait en fait à la fin une grande différence dans la puissance qui te reste.

J’avais travaillé dur sur ma conti et la capacité de bloquer et faire des rapides délayages, ce qui est le seul moyen de récupérer sur cette voie intense.

– Fanatic Climbing : C’est un nouvel exploit. Maintenant, quelle est ton nouveau moteur ?
– Adam: Il y a bien trop de voies St Léger, Mollans, en France et partout dans le monde. Heureusement.

– Fanatic Climbing : Quel est le plan pour la fin du trip en France?
– Adam: Faire de St Leger une falaise sans projet 😉 J’espère que “Eagle4” va bientôt tomber (9b je pense) et quelques autres projets aussi.

Eagle 4 9b? Photo : coll. Seb Richard

Last Saturday, Adam Ondra achieved a historic first 9a+ flash ascent with Supercrackinette in Saint-Léger du Ventoux.

– Fanatic Climbing : First congrats for this amazing send. How is your mind today?
– Adam: I am happy, relieved, and happy. And cannot wait to climb tomorrow on perfect French rock!

– Fanatic Climbing : What’s your typical preparation before trying a hard flash or onsight ascent?
– Adam: Onsight and flash are very different of course. For onsighting, I just have be in a good shape, make a good warm up, make an observation and then go for it. It is only up to me, my experience and intuition. And luck of course. For flashing, you are relying on some else’s beta. And I try to visualize myself how I would do those moves. Thanks to all available information, I can visualize it much more vividly. I can visualize better the speed and rythm of climbing, thanks to the fact someone tells me how each hold is like. That helps me to visualize if certain section has to be climbed fast or slow. But only up to certain degree – and always relying on the person giving the beta.

– Fanatic Climbing : How do you do for dealing with mental aspects?
– Adam: It was very difficult mentally. I arrived to St Leger 2 weeks ago, and this was basically the only dry route. How tempting to try it straight away, but it was obvious it would not be a good idea. It is much better to get used to the local climbing. That is what I did. Trying other semi-dry projects and getting a bit frustrated. 9a+ projects with question marks and I could not do them with a few wet holds after three or four days of work… I had no reference whether I was strong and those routes were hard (and wet), or it was me who was not ready yet for the 9a+ challenge.

Then, Bernardo came to film this thing, we arranged the meeting with Quentin Chastagnier, who actually bolted the route and who knows it very well. There was no step back. I had to give it a try. But I actually felt very good on my warm up. That was what gave me a bit of confidence – that it is not a pointless try, at the same tie the expectations were kind of low. Perfect situation.

I started climbing and everything just flown.

– Fanatic Climbing : How did you experience the route? Was it what you expected after Quentin showed you the moves?
– Adam: My beta is about 28 moves, and some easy moves up to the anchor. The first 20 moves are independent, then you join Crackinette, 8c, which goes from the right side. All up to the 20th move, I felt way better than expected. I knew the route is relatively easy up to the 3rd bolt and then it gets hard. But when I entered this section, it still felt really easy. It was surreal, even like feeling cosmic power. I felt unstoppable, relaxed and totally crushed the first 20 moves (definitely hard 8c+ already, or even more).

But then, there were two pockets which turned out a bit too narrow for my fat fingers. I took a bit more time to lock my fingers in, and the super mindset was gone. I kept going, and the real linking crux of the route, move 28, was approaching. Luckily, I managed to forget all, and execute the move.

– Fanatic Climbing : Why did you choose this route for a flash attempt and not another?
– Adam: 9a+ flash was this goal that I had in my mind for a long time. I think I was 15 and I was Ceuse, looking at Biographie and this idea came on mind – hold on, I should not try it now, what about saving this route for flash?! That was the first moment when I though something like that is even possible. But then I tried some years later, I failed, I failed on Seleccion Anal and there were no more routes to try. I have already tried or climbed them. I had to wait for a few years for the new routes to appear. This line in particular blew my miond in 2015 when it was still a project. I heard from the locals it could be probably 9a, but then, a bit later, Alex Megos claimed the first ascent and gave it 9a+. It was a great news, and most of all, it was 9a+ Alex-certified! I had this route in my mind from that moment.

Photo : coll. Seb Richard

– Fanatic Climbing : Describe Supercrackinette. For you, how does it look like?
– Adam: It is just an incredible piece of rock, super smooth wall, 30 degrees overhanging, getting more vertical towards the top. It is a prototype of a perfect route for me. Not too short, not too long… it is actually incredible that there are just enough holds to climb it.

– Fanatic Climbing : During your attempt, did you think about a potential success at the top of the route or did you just climb?
– Adam: Just after joining Crackinette (8c that comes from the right), I had some problems to fit my fat fingers into the two pockets. That got me out the mindset. I was thinking about potential success. Luckily, I switched my mind off again for the last hard move and the way to the top was free.

– Fanatic Climbing : For you, which details make difference and were key to success yesterday?
– Adam: There is not much margin on this route for me, so I had to climb in a way that it was like as if I was redpointing. I wanted from Quentin to tell me about every hold, if it is incut or not, if I can make 1 second shake out or not and stuff like this. Then I just kept going according to this manual. Not looking right or left, just like I had done this route many times. The only difference is that as I had never touched those holds myself, you kind of have to get familiar with each of the hold, whereas on your redpoint you should get every hold perfectly straight away. That is like 0,2s difference which in the end makes a big difference in power you have in your tank.

I had worked hard on my power-endurance, and ability to lock off and make a short shakeout, which is the only way to recover on this intense route.

– Fanatic Climbing : It’s a new achievement. Now, what will be your driven force ?
– Adam: There are too many routes St Leger, Mollans, in France and all over the world. Fortunately.

– Fanatic Climbing : What’s the plan for the end of the French trip?
– Adam: Make St Leger project-free 😉 Hopefully Eagle4 will go down soon (9b I think) and a few other projects.

Photos : Seb Richard

Photo : coll. Seb Richard

1 Comment

Leave a Reply