Search on Fanatic Climbing
Il était une voie / Once upon a line Sud Est-Alpes / South East-Alps

Il était une voie – Once upon a line: La rose et le vampire

  • 30/12/2021

Derrière tout passage d'escalade, il y a d'abord une ligne, mais aussi des grimpeurs qui l'ont faite naître. Plongez au cœur de passages de légende avec la rubrique "Il était une voie", un état civil de ces itinéraires qui continuent de fasciner des générations et de façonner notre activité !

Behind every route there is a vision, and the climbers who made it reality. Dive into the history of legendary routes with the section “One upon a line”, a sort of ‘Origins’ of these gems that keep on fascinating us generation after generation, and shaping our passion!

La rose et le vampire

   Buoux, Provence, France
    Bout du Monde
  Antoine Le Menestrel, 1985
  Antoine Le Menestrel, 1985

Voie iconique de la falaise de Buoux et du secteur historique du Bout du Monde, théâtre du développement de l'escalade libre en France dans les 80's, "La rose et le vampire" est un véritable mythe, rendu célèbre par son photogénique derviche en guise de crux, mouvement qui aura fait rêver des générations de grimpeurs. Son ouvreur, Antoine Le Menestrel, témoigne.

"J'ai 20 ans, je suis dépressif, je ne suis pas fait pour mes études de biochimie. Mais je grimpe avec la bande des Parisiens, je vie pour grimper. Le soleil tombe au ralentit. Pour arriver à la Rose et le Vampire, j’emprunte un bloc incliné telle une rampe de lancement qui s’ouvre sur le Bout du monde, un lieu magique, théâtre de nombreux combats !

D'imposants blocs de rocher gorgés de soleil jonchent le pied de la voie, de leurs pores émane un parfum sableux aux couleurs désertiques. Sur un gros bloc posé en équilibre, je me prépare. Mon matériel est bien rangé afin qu’en aucune façon il puisse entraver le déroulement de l’ascension. Je m’encorde à mon assureur-complice qui tient ma vie entre ses mains. Au cours de mon élévation il me porte par son attention. D’un geste bleauesque je fais couiner la gomme de mes chaussons. Il me reste à lâcher tout ce brouhaha cérébral et faire le vide. Je rentre en symbiose avec la partition minérale et avec l’air qui alimente le feu de ma respiration.

Je m’élance. Chaque fois, je tombe à quelques mètres du sol. Je me demande ce qui me pousse à réessayer sans cesse. Suis-je là, sur Terre, pour réussir cette voie ? Une vie pourtant ne peut pas se résumer à un mouvement. Toute ma vivacité, toute mon énergie accumulée au cours de la journée se projettent dans cette voie. Je me sens petit. Je n’ai pas le choix, la voie est sculptée en moi.

Après les premiers blocages très physiques, j’atteins les prises du passage clé, un croisé de rêve qui se déroule sur une plaque de rocher ocre ayant la configuration d’un cadre tel d’un écran de cinéma. Je chute toujours les mains aux bords du cadre. Il me manque l’état de grâce que je ne cesse pourtant pas de convoquer.

Peu à peu les ombres s’étirent, il ne reste qu’un dernier rayon de soleil, le spectacle s'achève, les acteurs sont exténués, frustrés. Nous reviendrons demain ou un autre jour, car certains jours nous laissons la voie se reposer.

Cette merveilleuse voie est un vampire. Ses prises me lacèrent les doigts, elles me pèlent la peau et je perds mes empreintes, mon identité ! Ses prises, je les prends comme une tige pleine d’épines pour grimper au calice de la fleur, ma sueur l’arrose. Cette voie m’envahit et je ne pense qu’à elle, je ne désire plus qu’elle. Je suis vampirisé. Cette voie a soif de mon sang pour nourrir sa beauté, je n’existe plus que pour elle.

Ce croisé m’ouvre le visage au monde. Grâce à ce mouvement, je vous offre une rose. Avec vous qui me regardez, je créé une cordée émotionnelle, je deviens un artiste."

 Antoine Le Menestrel

An iconic line from the Bout du monde sector in Buoux, where French free climbing started in earnest in the 80s, "La rose et le vampire" is a route with a mythical status made famous by the photogenic cross involved, a move which gave wet dreams to more than one generations of climbers. The bolter, Antoine Le Menestrel, is here giving us more details. 

I’m 20, depressed, I’m not made for studying biochemistry. But I climb with a group of Parisians, I live for it. The sun is setting in slomo. To get to the Rose et le Vampire, I go up a leaning boulder looking like a launchpad opening onto the Bout du monde, a magical place, the stage of many a good fight!

Imposing sunlit boulders are scattered at the foot of the route, from their pores exudes a sandy fragrance, charged with desert colours. On a big rock sitting in perfect balance, I get ready. My gear is arranged in such a way that nothing can hinder my ascent. I rope up with my belayer-friend, who is holding my life in his hands. During my climb he will keep a close eye. With a Font-like gesture I make my climbing shoes squeak. One thing left to do: let go of the noise and welcome emptiness. I become one with the mineral score and the air that feeds the fire of my breathing.

Off I start. Everytime, I fall a few meters off the ground. I wonder what pushes me to try again and again. Am I here on Earth to send this route? But a life cannot be summed up in one move. All the energy built up throughout the day is projecting onto the rock face. I feel small. I have no choice, this line is etched in me.

After the first very physical lock-offs, I gain access to the holds of the key section, a dream-like cross-through staged on a deep red slab of rock with the semblance of a frame, like a cinema screen. I always fall with my hands on the sides of the frame. I am missing that state of grace that I am fervently calling for.

Little by little the shadows lengthen, only one ray of sunlight, the show is over, the actors are exhausted, frustrated. We will come back tomorrow or another day, for on some days we let the route grab a rest.

This wonderful line is a vampire. Her holds cut through my fingers, they skin them raw and I lose my fingerprints, my identity! Her holds, I grab them like a stem covered in thorns in order to climb up to the calyx of the flower, my sweat waters it. This line has taken me over and it’s all I can think of, all I want is her. I have been vampirised. This line is thirsty for my blood to feed her own beauty, I live solely for her.

This cross-through opens my face to the world. Thanks to it, I offer you a rose. With you who are watching me, I create an emotional team, I become an artist.

....

Photo:  Heinz Zack
Témoignage/Account: Antoine Le Menestrel

No Comments Found

Leave a Reply