Search on Fanatic Climbing
rêve de papillon Eline
Il était une voie / Once upon a line Sud Est-Alpes / South East-Alps

Il était une voie – Once upon a line: Rêve de Papillon

  • 07/12/2022

Derrière tout passage d'escalade, il y a d'abord une ligne, mais aussi des grimpeurs qui l'ont faite naître. Plongez au cœur de passages de légende avec la rubrique "Il était une voie", un état civil de ces itinéraires qui continuent de fasciner des générations et de façonner notre activité !

Behind every route there is a vision, and the climbers who made it reality. Dive into the history of legendary routes with the section “Once upon a line”, a sort of ‘Origins’ of these gems that keep on fascinating us generation after generation, and shaping our passion!


rêve de pap éline

Rêve de Papillon

Buoux, France
Secteur Rêve
Marc et Antoine le Menestrel, Jean-Baptiste Tribout et Fabrice Guillot, 1983
Marc le Menestrel, 1983



La célèbre voie de Buoux, second 8a de France libéré par Marc le Menestrel en 1983, fait l’objet de notre nouveau “Il était une voie”. À la demande de l’intéressé, nous vous donnons ici un extrait de son livre Climb-ethic, Les valeurs de l’escalade. Pour l’anecdote, sa fille, Éline le Menestrel, vient de répéter ce morceau d’histoire. Quant au nom, il fait référence au croisé dont parle Marc ci-dessous, qui lui a rappelé un papillon sur le point de s’envoler ; c'est aussi un hommage au nom du secteur (Rêve).

“En escalade, il n’y a rien de plus satisfaisant que de parvenir en haut d’une voie ou bloc que nous ne pensions pas pouvoir réussir. (…) Ce sont des moments déterminants, ceux pour lesquels il y a un avant et un après. C’est une expérience qui nous transforme, qui nous transcende et nous fait grandir pour nous faire devenir une nouvelle personne.

J’ai eu le premier moment de cette nature en 1983, juste après mon 16ème anniversaire, quand je fis la première ascension de Rêve de Papillon à Buoux. Mon frère Antoine avait trouvé la ligne et nous l’avions équipée tous les quatre avec Jean-Baptiste Tribout et Fabrice Guillot. Je ne l’ai pas essayé dans les premiers jours car je pensais n’avoir aucune chance puisque mon frère et mes amis qui étaient plus âgés et que je croyais plus forts, n’arrivaient pas à faire les mouvements. Quand j’ai essayé, j’ai réussi à faire ce grand croisé de mains avec un pied droit très haut, mouvement très novateur pour l’époque. Quelques jours plus tard, je réussissais la première en libre. J’étais si heureux ! Faire Rêve de Papillon m’apporta une nouvelle confiance en moi et cela changea ma vie.”

 

 

The famous Buoux route, second 8a in France and freed by Marc le Menestrel in 1983, is the subject of this month's “Once Upon a Line”. At the request of Marc, you will read below an extract from his book Climb-ethic, The values ​​of climbing. For the anecdote, his daughter, Éline le Menestrel, has just repeated this piece of history. As for the name, it refers to the cross move Marc talks about below, which reminded him of a butterfly about to fly away, and is also a tribute to the sector itself (Rêve). 

'In climbing, there is nothing more satisfying than getting to the top of a route or boulder that you didn't think you could do. (…) These are decisive moments, those for which there is a before and an after. It is an experience that transforms us, transcends us and makes us grow to become a new person.

The first time I experienced such a moment was in 1983, just after my 16th birthday, when I made the first ascent of 'Rêve de Papillon' in Buoux. My brother Antoine had found the line and the four of us had equipped it with Jean-Baptiste Tribout and Fabrice Guillot. I didn't try it in the first days because I thought I had no chance since my brother and friends, who were older and whom I thought were stronger, couldn't do the moves. When I tried, I managed to do this big cross move with a very high right foot, a very innovative move for the time. A few days later, I became the first to free it. I was so happy! 'Rêve de Papillon' gave me a new self-confidence and changed my life.'

Photo: Arthur Ternant- Témoignage/Account: Marc le Menestrel

No Comments Found

Leave a Reply